EXPERTISE PISCINE

La mise en œuvre d’une piscine exige, pour qu’elle soit conforme, de prendre certaines précautions.

 

Il existe de nombreuses situations pour lesquelles les particuliers peuvent faire appel à un expert pour leur piscine. Les plus connus concernent les malfaçons (problèmes d'étanchéité, qualité des matériaux utilisés, vices cachés...)

 

En se basant sur des constatations techniques, économiques et juridiques, Cabinet EXATIS identifie les causes de vos problèmes, vous apporte des solutions réparatrices de principe et dégage des responsabilités, si besoin.

 

Nos rapports complets et argumentés vous permettront de faire la lumière sur vos interrogations et de pouvoir prendre les décisions nécessaires.

Les piscines privées

Une piscine doit être étanche. Toute perte d’eau doit faire l’objet d’une attention  particulière afin d’en trouver l’origine.

Ce qu’il faut retenir : en saison estivale, l’évaporation peut atteindre un peu plus d’un cm/jour. Au-delà, on peut suspecter un risque de fuite.

Le diagnostic

Au niveau du bassin

• La fissuration qui peut affecter aussi bien le radier que les parois verticales résulte d’insuffisances dans la conception, le calcul (défaut d’armatures) ou la réalisation (disposition du ferraillage, reprises de bétonnage). Les fissures infiltrantes sont les plus préjudiciables car elles peuvent entraîner l’oxydation des armatures et des éclats de béton.

• Le tassement d’ensemble résulte d’une mauvaise prise en compte des caractéristiques géotechniques du sol.

La présence d’argile compressible, de remblais disparates, de points durs, de terrains remaniés sont souvent à l’origine de tassements différentiels.

Les piscines construites sur des terrains en pente avec apports de remblais mal compactés sont particulièrement sujettes à une fissuration dommageable.

À l’inverse lorsque le bassin, qu’il s’agisse d’ouvrages maçonnés ou en coques thermoformées, est exposé aux fluctuations de la nappe phréatique, il peut subir des poussées du bas vers le haut (principe d’Archimède) provoquant des soulèvements parfois spectaculaires de plusieurs dizaines de centimètres. D’où la nécessité, dans ces cas, de dimensionner l’ouvrage en conséquence et de prévoir la réalisation de puits de décompression et parfois d’un drainage permanent.

Le vidage ou l’évaporation de l’eau du bassin ont un effet aggravant vis-à-vis de ce type de phénomène.

• Le décollement des enduits hydrauliques intérieurs est constaté en cas de mauvaise préparation du support, de l’épaisseur insuffisante ou du mauvais dosage de l’enduit.

• Les défauts des revêtements élastoplastiques (liners) se manifestent par des déformations ou des problèmes de bonne tenue (plis, taches) et résultent principalement de la qualité et du traitement de l’eau de contact.

Une acidité excessive de l’eau peut dissoudre les charges minérales contenues dans la membrane qui perd ses propriétés de résistance et de rigidité, faisant apparaître plis ou ridules.

Au niveau des revêtements de finition

• Les décollements de peinture proviennent de l’inadaptation du procédé utilisé ou de la mauvaise préparation du support. La migration de l’eau entre le support et le feuil de peinture provoque le décollement.

• Les décollements de carrelage ont souvent pour origine la mauvaise réalisation des joints séparant les carreaux ou le non-respect des joints de fractionnement.

Au niveau des équipements

• La rupture des canalisations enterrées provient essentiellement des tassements du radier (en fonction du sol support) ou du remblai périphérique.

• L’affaissement des plages et margelles est dû à la mauvaise mise en œuvre des couches de remblai sous-jacent.

 

Cliquez ici pour plus d'info !

Pratique !

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

Réponses suivies et rapides

Nos horaires pour vos appels téléphoniques

lun.-ven. :

09:00  - 12:00 

14:00  - 17:00 

Vous n’avez pas la possibilité de nous contacter pendant nos horaires d'ouverture?

 

Si vous souhaitez être rappelé, merci de nous envoyer un email nous précisant une plage horaire préférentielle.